Maison de la Poésie d'Avignon

Les Matinales de la Maison de la Poésie

Les matinales - Petits déjeuners littéraires
Créée lors du Festival 2018, cette initiative se poursuit pour le Festival 2019.

Ces séances ont lieu à 10h15 tous les matins. Pour 3€ vous pouvez prendre un café et une viennoiserie dans la salle du bar associatif en écoutant un texte, histoire de commencer en douceur littéraire une journée festivalière.

Le principe :
Tous les matins nous vous proposons un texte différent, la plupart du temps lu par son auteur, parfois par un lecteur. Une manière de faire découvrir des textes et des auteurs que vous pouvez rencontrer après leur lecture. Certains de ces textes sont édités, d'autres sont inédits. Il s'agit aussi bien de poésie, de textes théâtraux, de nouvelles que d'extraits de récits ou de romans.

9 juillet
Membre de Claire Lestien

Claire LestienLe jour de son mariage Catherine s'en va en courant, entre dans une brasserie, se coupe l'annulaire et le mange. Suite à ça, elle se retrouve à l'hôpital. Après un « examen général de son corps », le docteur lui apprend qu'elle est enceinte. S'en suit tout un questionnement. Veut-elle garder le bébé ? Comment se passe un accouchement ? Ni sa soeur, ni le docteur, ne comprennent sa manière de penser, qui pour elle est pourtant logique.

Claire Lestien
Sa première pièce Membre est publiée aux éditions Thot et est élue coup de cœur des éditions en 2012. Elle a ensuite écrit plusieurs pièces dont toutes ont été mises en scène et jouées par la Cie Art R Natif. La valse des handicapés, publiée aux éditions Thot a été nominée pour le XVème prix de la pièce contemporaine jeune public de la Bibliothèque Armand Gatti.
Dans le cadre d’un spectacle performatif l’Usine éphémère elle écrit à chaque représentation une nouvelle pièce de théâtre en direct devant le public. Tout un monde résulte d’une commande d’écriture des Mille tours compagnie mise en scène par Guy Simon. Et enfin sa dernière pièce Fragment d'avenir est une commande du théâtre de l'Entrepôt à Avignon.

9 juillet
Hounhouénou Joël Lokossou

Joël LokossouDe Kyoto à Venise , de Paris à Athènes en passant par Grenade et Genève, Laszlo Krasznahorkai nous entraîne dans un sublime voyage à travers les époques, au fil de 17 chapitres qui sont autant de variations et de réflexions sur l'art, la création et la quête du sacré. Aux côtés d'un visiteur égaré dans les ruelles vénitiennes découvrant avec éblouissement une œuvre méconnue de la Scuola di san Rocco, d'un acteur de théâtre NÔ incarnant la déesse Seiobo , d'un gardien de musée du Louvre entretenant une relation quasi amoureuse avec la Vénus de Milo ou encore d'un architecte fanatique de musique baroque tâchant maladroitement de transmettre sa passion à quelques vieux villageois, Laszlo Krasznahorkai nous fait partager l'intensité de l'expérience artistique dans toute sa complexité. Déployant une prose majestueuse dont le rythme invite à la contemplation , tour à tour hiératique, ironique , et toujours vertigineusement érudit, Laszlo Krasznahorkai interroge le rôle de l'artiste, la place du spectateur, et explore l'émotion que peuvent susciter les chefs-d'oeuvre en chacun d'entre nous .
Hounhouénou Joël Lokossou, Inventeur de chance.

10 juillet
Nouvelles distillées à l’aSlam’bic par Marie-Clothilde Imbert

Marie-Clothilde Imbert Dégustation de récits courts,

Comme si la page était un vase où se condense l’instant, se recueille l’eau de vie,

Où s’évaporent les mauvais goûts pour ne filtrer que l’essentiel,

Au fil de la lecture, filet d’oralité, dorer la réalité,

Liqueur aux arômes de poésie où le rythme et la musique des mots s’écoulent.

11 juillet
En robe du soir d'Alain Gras

Alain Gras Myriam Weill lira “En robe du soir” (éditions les Enfants du Paradis).

Elle est là devant nous, dans ce lieu hors du monde et du temps.
Elle porte une robe du soir et n’a qu’une chaussure à son pied.
Elle parle, elle parle et nous dit son histoire, sa vie, qu’elle était comédienne, qu’elle a joué les grands textes, qu ‘elle a rencontré un homme qui…
Elle ne joue plus et l’homme a disparu.
Elle parle, les mots sortent de son corps et viennent vers nous .
Pour continuer à vivre.

12 juillet
Poétesses du monde méditerranéen par Muriel Vernet

Muriel Vernet Choix des textes & lecture Muriel Vernet et Laurent Marielle-Trehoüart.
En résonance avec la pièce contemporaine Iphigénie ma sœur (création en cours) Femmes poètes du monde arabe aujourd’hui.

Aller au-delà des clichés, entendre, écouter des voix qui portent leur regard sur le monde.
Des voix d’aujourd’hui, des voix qui parlent de maintenant, ici et là-bas, des voix pleines de sagesse, des voix d’amour.
Textes et poèmes sont tirés pour l’essentiel des anthologies de Voix Vives - de méditerranée en méditerranée – Sète aux éditions Bruno Doucey, et de l’Anthologie des femmes poètes du monde arabe de Maram al-Masri aux éditions du Temps des cerises.

13 juillet
Iphigénie ma sœur par Muriel Vernet

Muriel Vernet IPHIGÉNIE MA SŒUR Oratorio Matériau texte d’Ingrid Boymond, mise en lecture par Muriel Vernet.

En lisant un article sur des enfants bombes explosant sur des marchés au Nigéria, au Moyen-Orient, la figure d’Iphigénie s’est imposée à mon esprit. Nos états de guerre actuels viennent rejoindre la tragédie antique dans une impensable réalité.
Ici, c’est Chrysothémis, traversée par les voix de ses mortes, sa mère et sœur Iphigénie, qui raconte. C’est un cri de la sororité face à la violence des hommes en guerre.
Un cri troué de silence, dans une tentative affolée de dire l’indicible. Et trouver, peut-être, réparation ?

14 juillet
Marc-Henri Lamande & Michel Thouseau

Marc-Henri Lamande "En 1916 Cendrars perd son bras droit à la guerre. Quoi de pire pour un écrivain ! C’est à Méréville (Essonne) durant l’année 1917 que se retire le poète manchot et qu’il devient un initié, un eubage et qu’il peut renaître à l’écriture. 
« L’EUBAGE » est la commande d’un mécène, Jacques Doucet.
Le parti que nous prenons, Michel et moi, est d’être à la hauteur de l’expérience initiatique de Cendrars lui-même et faire vivre aux auditeurs un voyage unique dans l’Hinterland du Ciel.
Michel Thouseau a construit pour cette aventure sonore deux instruments : le « Métacello » et « l’Osmophone », spécialement créés pour accompagner la voix de Marc-Henri Lamande dans ce voyage risqué aux antipodes de l’Unité.
Rien n’est prémédité dans cet échange littéraire et musical car tout y est possible. Les machines et les organes sonores sont prêts à lever l’ancre, entraînant les auditeurs dans un périple zodiacal dont l’issue n’apparaît qu’au dernier mot écrit par l’Eubage…  

15 juillet
[s]olitude[s] d'Alain Igonet lu par Kyrian Zimmermann et Alain Igonet

jade saget Alain Igonet photographe et metteur scène est un faiseur d’images, qu’elles soient créées sur un plateau ou captées par un appareil photo.
Cette même démarche se retrouve dans ses nouvelles dont certaines, très courtes, sont comme des instantanés photographiques qui tentent de capter et de restituer une émotion brève, une scène fugace. Toutes, sombres ou lumineuses, ont le souci de générer des images sensibles dans l’imaginaire du lecteur, de l’auditeur.
Alain Igonet est l'actuel directeur de la Maison de la Poésie d'Avignon.

[... Ne lui restait plus que l’émotion diffuse de ce coup de foudre fugace pour une jeune femme que sans doute il ne reverrait jamais. Philosophe, ou simplement fataliste, Pascal se dit que ces histoires d’amour, vécues l’espace d’une suspension du temps, étaient assurément les plus belles. Les seules à ne jamais devoir souffrir d’une rupture pour n’avoir existé que l’évanescence d’un instant... (Extrait de L’orage)]

16 juillet
Un volcan sur les toits de Paris de et par Christine Matos

Christine Matos Texte en français et en espagnol édité chez ELAN SUD

Deux femmes, nées à El Salvador, en Amérique Centrale: leurs histoires s’enchevêtrent. L’une trace la vie de Consuelo Suncin épouse de Antoine de Saint Exupéry et inspiratrice du «Petit Prince».
L’autre histoire, comme un témoignage vivant, parle du Salvador d’aujourd’hui où Princia, une jeune femme, traquée par la peur, fuit son quartier où les maras font régner la terreur.
Deux époques différentes et pourtant le même combat, bien connu chez les latinos-américains, entre Eros et Thanatos et la même rage de vivre les poussant toutes les deux dans leurs excès.

Christine Matos: auteure/ metteuse en scène/ directrice de KA-THEATRE (Cie Vaucluse, Cuba et Haïti) accompagnée de YVANA BUSTOS.

17 juillet
Jean-Claude Bonnifait

Jean-Claude Bonnifait Ce texte propose de suivre le cheminement du penseur involontaire qu’est l’homo-sapiens ordinaire sur la perception et le ressenti du concret, de l’abstrait, et de la fausse linéarité du temps : “C’est absurde de penser à tout ça en même temps, en revanche on peut le ressentir”.

Les deux acteurs, tels des Dupond et Dupont, ou des frères ennemis égarés dans l’univers, voyagent entre gravité légère et divertissement incisif. Evgueni Grichkovetz est né à Kemerovo (Sibérie) en 1967.
Après son service militaire dans la marine et des études de philologie russe, il crée une compagnie de théâtre avec laquelle il monte plus de vingt créations collective. Il dirige le théâtre indépendant Loja (La loge). Découvert en France en 2001, il est une star en Russie. Il écrit des pièces de théâtre, des romans, des nouvelles, des essais, des chansons.Il refuse l’appellation d’auteur, metteur en scène ou comédien, mais il écrit, met en scène et joue.

18 juillet
Chronique d’une mère annoncée par Alessandra Blache

Alessandra Blache La quête du désir d'enfant évoquée à travers 12 Tableaux relatant les tribulations tragi-comiques d'une candidate à la Procréation Médicalement Assistée.

  Ce récit intime et grave, mais non dénué d'humour, lève le voile sur un tabou qui tend à devenir universel.

"Entre gravité, poésie et humour, un texte fort à consommer sans modération" Le Dauphiné Libéré

19 juillet
Henri Bourgon Señor Que Calor - slameur

Henri Bourgon Señor Que Calor Auteur, slameur, comédien- metteur en scène, plasticien scénographe.
Plusieurs recueils édités sous forme de livres objets.
Dit (Slame) ses textes à l’occasion de scènes ouvertes et de rencontres poétiques. Il aime jouer avec les mots et anime des ateliers d’écriture et lecture à haute voix tout public et publics en difficultés.

Comédien-Metteur en scène pour plusieurs spectacles avec des compagnies du Sud-Est.

20 juillet
Alain Devaux

Alain Devaux Al Dev présente le recueil de ces 3 tomes de billets d'humeur ( les yeux rouges, les pieds liés, les barreaux de la Liberté).

À travers ses mots, il dépose sur le papier des images de la vie des gens, des nous. Un regard moqueur, philosophique, poétique et drôle sur nos sociétés et sur nos introspections.

Fort multiples vies, à 50 ans, Al Dev, à la base bassiste de rock n roll, puis marin-aventurier et regatier émérite laisse la houle pour les planches de théâtre et la plume de l'écriture, dont les trois tomes largement diffusés sous le manteau et une pièce (le grand roi- les regards d enfants) ou encore deux autres projets en cours.

21 juillet
Sabine Venaruzzo

Sabine Venaruzzo Sabine VENARUZZO est poète, performeur, chanteuse lyrique et comédienne.

En 2016, elle lance un vaste chantier poétique Sur les routes avec l’ambition de poétiser le monde. Elle pose ainsi son P.P.F. (Projet Poétique Fondamental) en prise directe avec la réalité. Un projet hors frontières et à moteurs multiples, étroitement lié à son identité au carrefour de différentes cultures.

Après son passage aux scènes de Minuit en 2017 et 2018, elle propose cette année une lecture intimiste de son P.P.F., poèmanifeste et de poèmes glanés des mots collectés sur les routes.
Ses textes sont régulièrement publiés dans les revues de poésie et elle participe à plusieurs anthologies et ouvrages collectifs. Elle est régulièrement invitée pour des manifestations et des festivals internationaux en Europe (France, Allemagne, Espagne).

22 juillet
Jacques Segueilla

Jacques Segueilla Ces textes m’ont été commandés sur le thème du plaisir et du bien être.
Aussitôt le temps de l’enfance s’est imposé. Lorrain, je me suis souvenu de ces plaisirs qu’on éprouve au moment des vacances et de centaines autres anecdotes vécues entre dix et treize ans, j’étais heureux et je ne le savais pas. Ce retour en arrière m’a fait me souvenir de tout ce qui m’entourait : famille, copains, la nature et les rituels de la vie de cette époque célébrée par Doisneau.

23 juillet
Dominique Lin

Dominique Lin Parus aux éditions Élan Sud, les romans de Dominique Lin abordent la condition humaine et l’écriture poétique.

Il soulève l’épiderme des hommes et ne voit que des similitudes. Le monde a besoin de s’apaiser. Chaque opus se déroule dans des univers contrastés.

L’histoire n’est souvent qu’un prétexte pour explorer sous un autre jour une nouvelle facette du monde.

Il s’attache à l’écriture, au mot, à sa résonance, à son écho…

24 juillet
Mathilde Bigot-Griffon

Mathilde Bigot-Griffon J’aimerai, aujourd’hui, savoir écrire quelqu’un en une ou deux pages!
Ecrire. Récit ? Roman ?
Je lis ce texte de Claude Ollier, Missing. Il « écrit quelqu’un ».
Je lis ce texte de Claude Ollier, mais c’est par hasard.
Je pense à M. que je voudrais écrire. Un portrait. Comme ça, réaliste simplement.
Mais écrire réaliste ? Ecrire un portrait, des paragraphes. Paragraphe après paragraphe. Comme fait Claude Ollier avec le journaliste.
Peut-être est-ce ce qui rend la tâche difficile : Pas écrire la Rencontre, La Rencontre fut.
Ecrire Elle. A ce point là, c’est peut-être avoir commencé le portrait. Le portrait de M., M. au moment, en ce moment.
Il est besoin d’images, / et rien sous les yeux, / mentales. Le cerveau défile / du diaporama les vues d’où / avant daller à la page / avec la main. Ce n’est / pas aisé ce mouvement / du corps

25 juillet
Jean-Pierre Brouillaud

Jean-Pierre Brouillaud Jean-Pierre Brouillaud, écrivain voyageur aveugle, co-hauteur de documentaires, membre de la société des explorateurs français, lira en braille le 25 juillet quelques uns de ces textes en vers racontant le monde en sensations et en images reflétées par le miroir brisé de ses nombreuses rencontres sur tous les continents.
 Faut-il traverser enfer, purgatoire et paradis,
toutes les étapes de la divine comédie
Pour devenir un homme à part entière
Et vivre au pays de la joie sans frontière ?
Vague à l’âme, vagabond, un voyage sans retour,
On dit que Pétrarque aimait Laure d’un amour qui transforme la nuit en jour.
fideli d’amore, comme vous j’appelle l’éternelle flamme qui illuminera ma nuit,
Reste que mon âme a les yeux d’une femme qui jouit.
 Les quatre points cardinaux m’ont appelé
Le Yémen et ses plateaux pelés
L’Inde et ses dieux qui ont trop fumé
Les mers traîtresses et les jungles affamées.
J’ai appris les langues serpents, orties, carbones, le silence des abysses
J’ai écouté gronder la forge des désirs dans les clitoris.
Ô frauduleuses tempêtes, j’ai encore fini par me baigner dans mes larmes,
Pourtant la fascination de l’éphémère avait perdu de son charme !
 J’ai confisqué le sifflet à mon libre arbitre,
Aristote m’a donné un coup de coude pour me réveiller :
Il existe Trois sortes d’hommes, les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer,
Le calme rivage j’ai quitté pour fuir toutes les chimères.

26 juillet
La Nuit ordonne de Christian Gabriel/le Guez Ricord par Charles Segard-Noirclère.

Christian Gabriel/le Guez Ricord Dans les pages de ce petit carnet, Christian Gabriel/le Guez Ricord dégage "la présence des pierres délitées de la nostalgie, tout cela qui revient à la part du pèlerin quand il décide de ses choix […], lorsqu'il vérifie La Clef de l'Ange dans la serrure retrouvée de Ce qui est.". Comme dans un journal, le poète distille de ses souvenirs ce sentiment du vivant et de la mort, de la création et de la chute, du Poème intérieur qui l'habitera jusqu'à la fin de sa vie. Enfance, hospitalisations, visions et rencontres s'y mêlent comme autant d'histoires fondatrices, de tentatives pour cartographier le visible et l'invisible du cœur et de l'âme, d'un absolu de vivre.

Né à Marseille en Janvier 1948, Christian Gabriel/le Guez Ricord reçoit le prix Paul Valéry à l'âge de seize ans. Il se lie d'amitié avec Yves Bonnefoy, Michel Deguy, Bernard Noël, Pierre Oster…, publie ses premiers textes, dessine et peint. En 1973, il est pensionnaire de la Villa Médicis, à Rome ; son séjour s'achève par une hospitalisation pour des troubles psychiques dont il souffrira de façon croissante. Il publie notamment La monnaie des morts (Fata Morgana, 1979), Maison Dieu I (Granit, 1982), L'Annoncée (Spectres familiers, 1983). Son ultime poème, Le Cantique qui est à Gabriel/le a été publié aux éditions Le Bois D'Orion sous la direction de Bernar Mialet. Christian Gabriel/le Guez Ricord est retrouvé mort dans son appartement le 7 Juin 1988.

Né en Bourgogne en 1994, Charles Segard-Noirclère est comédien, metteur en scène et musicien, formé au Cours Florent et au Conservatoire National Régional de Paris en art dramatique. En musique, il pratique plusieurs instruments : nyckelharpa, tin whistle, flûte traversière et guitare. Il jouera en tant que comédien sous la direction de François Rodinson (Agamemnon, Eschyle), Damien Bigourdan (Le Balcon, Jean Genet/Peter Eötvös), Bruno Blairet (Le Pain de Roméo, Olivier Py), Wajdi Mouawad (Notre Innocence, Th. de la Colline), Marcus Borja (Théâtre, Les Bacchantes, 2014-2017), entre autres. En mise en scène, il monte Yoroboshi de Yukio Mishima, puis deux de ses textes Innocence, et Dehors qui sera créée au Théâtre de Belleville à Paris en 2018. Il assiste à la mise en scène Nazim Boudjenah de la Comédie Française pour Intérieur de Maurice Maeterlinck. Il est le directeur artistique de la compagnie L’Ensemble SéRAPHIN. Il écrit aussi de la poésie et a déjà reçu plusieurs prix.

27 juillet
Avignon à vie de Pascal Rambert par Pierre Blumberg

Pierre Blumberg J’ai écrit ce texte dans des trains, des aéroports, des gares, des avions.
Quand enfin on peut se taire. Regarder par la fenêtre.
Et rêvasser un peu. Rêver à ce que l’on aime. Ici Avignon et son Festival. Je ne sais pas pourquoi j’ai voulu écrire une sorte de lettre d’amour à Avignon et son Festival.
Sans doute parce que se tiennent quatre semaines durant dans ce lieu les conditions de beauté et de chagrin de la condition humaine, représentée.

28juillet
Hounhouénou Joël Lokossou

Joël LokossouDe Kyoto à Venise , de Paris à Athènes en passant par Grenade et Genève, Laszlo Krasznahorkai nous entraîne dans un sublime voyage à travers les époques, au fil de 17 chapitres qui sont autant de variations et de réflexions sur l'art, la création et la quête du sacré. Aux côtés d'un visiteur égaré dans les ruelles vénitiennes découvrant avec éblouissement une œuvre méconnue de la Scuola di san Rocco, d'un acteur de théâtre NÔ incarnant la déesse Seiobo , d'un gardien de musée du Louvre entretenant une relation quasi amoureuse avec la Vénus de Milo ou encore d'un architecte fanatique de musique baroque tâchant maladroitement de transmettre sa passion à quelques vieux villageois, Laszlo Krasznahorkai nous fait partager l'intensité de l'expérience artistique dans toute sa complexité. Déployant une prose majestueuse dont le rythme invite à la contemplation , tour à tour hiératique, ironique , et toujours vertigineusement érudit, Laszlo Krasznahorkai interroge le rôle de l'artiste, la place du spectateur, et explore l'émotion que peuvent susciter les chefs-d'oeuvre en chacun d'entre nous .
Hounhouénou Joël Lokossou, Inventeur de chance.