Lectures, spectacles et concerts

dimanche 17 septembre à 17h
Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke
Lecture et adaptation de Stephen Pisani
Compagnie Résonance(s) Théâtre
Entrée 7€/5€ – durée 1h
dans le cadre des Journées du Patrimoine sur le thème Jeunesse et Patrimoine

lettres

En 1903, lorsque Rainer Maria Rilke écrit à Franz Kappus, c’est tout autant au jeune poète de vingt ans qu’il s’adresse qu’à l’adulte en devenir, tourmenté par les questionnements les plus profonds.
Rilke tente d’y répondre avec la plus grande sincérité. Mais ces lettres sont aussi l’occasion pour lui de s’interroger sur l’écrivain et l’homme qu’il est devenu. Comme Kappus, Rilke est traversé par les mêmes interrogations, les mêmes peines, les mêmes joies, les mêmes désirs.
Et c’est auprès de Lou Andreas-Salomé, à la fois muse inspiratrice, mère spirituelle, sœur rassurante, qu’il tentera de trouver un écho réconfortant à ses inquiétudes.

« Avant toute chose, demandez-vous, à l’heure la plus tranquille de votre nuit : est-il nécessaire que j’écrive ? Creusez en vous-même en quête d’une réponse profonde. Et si elle devait être positive, si vous étiez fondé à répondre à cette question grave par un puissant et simple « je ne peux pas faire autrement », construisez alors votre existence en fonction de cette nécessité ; jusque dans ses moindres instants les plus insignifiants, votre vie doit être le signe et le témoin de cette impulsion. »

 

samedi 7 octobre à 20h
Le Livre de l’intranquillité de Fernando Pessoa
Lecture d’extraits par Alain Igonet – durée 1h
entrée 7€/5€

« En ces heures où le paysage est une auréole de vie, j’ai élevé, mon amour, dans le silence de mon intranquillité, ce livre étrange… » qui alterne chronique du quotidien et méditation transcendante. Le livre de l’intranquillité est le journal que Pessoa a tenu pendant presque toute sa vie, en l’attribuant à un modeste employé de bureau de Lisbonne, Bernardo Soares.

Sans ambition terrestre, mais affamé de grandeur spirituelle, réunissant esprit critique et imagination déréglée, attentif aux formes et aux couleurs du monde extérieur mais aussi observateur de « l’infiniment petit de l’espace du dedans », Bernardo Soares, assume son « intranquillité » pour mieux la dépasser et, grâce à l’art, aller à l’extrémité de lui-même, à cette frontière de notre condition ou les mystiques atteignent la plénitude « parce qu’ils sont vidés de tout le vide du monde ». Il se construit un univers personnel vertigineusement irréel, et pourtant plus vrai en un sens que le monde réel. Le livre de l’intranquillité est considéré comme le chef-d’oeuvre de Fernando Pessoa.

 

 

vendredi 13 octobre à 20h et dimanche 15 octobre à 17h
Nogal, conte musical
50 min. Tout Public, à partir de 5 ans
Marie Darodes : Guitare classique et narration, Santiago Rado : Guitare Latino, Jean-Noël Criton : Film d’animation
Co-production Cie Projet Arcane/ Les mondes en papier
Entrée 10€ / 7€ / 5€

AfficheNOGAL-Grd

Depuis l’Espagne profonde jusqu’à l’Amérique, en passant par Paris et l’Autriche, une guitare raconte son voyage à travers les âges et leurs mélodies. Elle évoque ainsi ses péripéties par delà les continents et ses rencontres avec les plus grands compositeurs qui ont su lui faire don de la parole.

C’est une humble fresque musicale et historique de la guitare qui est proposé ici, à travers une fable contée et chantée par sa narratrice, mise en musique par un duo de guitares, et en images par un film d’animation de papier découpé.

Découvrez la bande-annonce de Nogal

 

 

 

vendredi 20 octobre à 19h
Lecture de la nouvelle Le Pèlerin de Fernando Pessoa
Par le comédien Pierre Blumberg
Dévernissage de l’exposition L’intime intranquille
libre participation – durée 40 min

Le_pelerin

Dans ce récit initiatique, datant de 1917, le jeune narrateur – le Pèlerin – évoque d’abord sa vie paisible chez ses parents, jusqu’au jour où, alors qu’il contemple la route en bas de chez lui, apparaît un mystérieux Homme en noir qui lui dit :  » Ne fixe pas la route ; suis-la.  » Une force mystérieuse le pousse alors à quitter sa maison et à suivre la route. Jusqu’où ?  » Puisqu’il m’avait dit de la suivre et non de l’emprunter jusqu’à un certain point, je devais la suivre sans m’arrêter, jusqu’au bout…  » Qui est l’Homme en noir et quel est l’objet de la quête qui jette le narrateur sur la route ? Comme dans tout conte initiatique, il sera soumis à la tentation et subira diverses épreuves, dont, d’étape en étape, il sortira vainqueur. Arrivé au bout de la route, quelle sera sa découverte ultime ?

 

 

 

 

dimanche 22 octobre à 17h
Narendra Mishra – Concert de musique indienne
en tournée exceptionnelle en France
entrée 10€ / 7€ / 5€

Venez enchanter votre cœur et vos oreilles du Rêve sacré de la Magie de l’Inde !!!

Venue exceptionnelle de Pandit Narendra Mishra, Maître sitariste de renommée internationale, résidant à Bénarès (La cité sacrée de l’Inde ) qui vous emportera d’émotion, par la tendresse de son jeu et sa virtuosité d’une fraîcheur troublante.

Pandit Narendra Mishra est un joueur de sitar renommé, issu d’une famille de musiciens réputée à Bénarès.

Il débute l’étude du sitar très jeune, sous l’enseignement de son père, Pandit Mannu Lal Mishra, avant de se perfectionner auprès du très grand Maître Ustad Vilayat Khan. A 10 ans, il donne son premier concert.

Tout au long de sa carrière, Pandit Narendra Mishra rencontre un grand succès. La qualité de son travail lui vaut d’être récompensé par de nombreuses distinctions. Il attire autour de lui, dans son école à Bénarès, de nombreux élèves et admirateurs qui viennent du monde entier. Il a le privilège d’être accompagné par les plus grands tablaïstes (percussions indiennes). Sa réputation lui offre de jouer pour la Reine d’Angleterre, en 2002, lors des célébrations de son Jubilé d’Or. La tournée de 6 mois qu’il fait ensuite au Royaume-Uni le conduit notamment au festival de musique de Leeds. Il revient en Europe en 2008 à l’occasion d’une tournée d’un mois en France pour des évènements tels que le Festival du Panier à Marseille, ou la Fête de la Musique de Cruis (Alpes-de-Haute-Provence) et Paris. La même année, il donne également des concerts remarqués en Californie.

En 2009 et 2011, il se produit à Alès (Médiathèque), Lyon, Marseille, Nice (Musée des Arts Asiatiques), Toulon et Uzès (festival autres Rivages).

 

samedi 4 novembre à 19h et dimanche 5 novembre à 17h
Concert poétique Chaud/Froid – Cie Zyane (Avignon)
entrée 10€/7€/5€

à 3 maracas lumière visage badéni

Textes poétiques de la slameuse et comédienne avignonnaise Cigane, accompagnée par les sons cristallins des verres chantants de Philippe Paysserand et par les chaleureuses vibrations du N Goni de Badéni Kone.

Avec cette forme « concert poétique » CIGANE s’inscrit dans une transmission plus directe de ses textes au public. A travers « CHAUD/FROID », elle aborde la thématique du contraste : contraste des émotions humaines, contraste des cultures, des climats, des matières… Elle nous invite à regarder les contradictions qui nous habitent avec bienveillance pour les considérer comme des contrastes nécessaires à notre équilibre de vie.

Ce programme sera l’objet d’un premier enregistrement d’album dont la sortie est prévue pour janvier 2018

La Cie Zyane est en résidence de création à la Maison de la Poésie du 1er au 4 novembre 2017

 

vendredi 24 novembre à 19h
Le Mal des fantômes, de Benjamin Fondane
(Villes, Titanic, Exode)
Textes dits par le comédien Alain Cesco-Resia- durée 1h
entrée 7€ / 5€

Fondane

« Benjamin Fondane (de son vrai nom Benjamin Wechsler) est né le 14 novembre 1898. Il est parti un jour de 1944, avec sa soeur pour Auschwitz,malgré l’intervention de ses amis et de Jean Paulhan. Il a traversé la guerre en refusant de porter l’étoile jaune, lui qui fut naturalisé français pour partir à la guerre défendre sa véritable patrie culturelle et son désir de s’exprimer dans une langue qui donne à ses écrits une portée universelle.

Poète, essayiste, dramaturge, cinéaste, critique et philosophe, il exprime la radicalité de sa pensée existentielle.

Proche de Tzara, Sernet, Voronca, Ionesco, Eliade, Cioran, des dadaïstes, surréalistes et des avant-gardes du début du siècle, il est devenu l’ami et le disciple de Léon Chestov, le grand philosophe mystique russe exilé à Paris, chantre de Dostoïevski.

Le Mal des fantômes regroupe, selon le désir exprimé par l’auteur ( dans une lettre qu’il avait fait parvenir à sa femme du camp de Drancy), ses cinq livres de poèmes écrits en français Dans ce recueil, Benjamin Fondane aborde de manière récurrente les thèmes de l’errance et de l’exil, de la solitude et de l’anonymat des immigrants et celui de l’écrasement des individus par l’histoire.

Fondane, roumain à la recherche de lui-même, français en quête de cet universel annoncé par le siècle des Lumières, posait les prémices de ce qu’aurait pu être l’européen si la barbarie nazie et la bêtise humaine ne sévissaient pas, si l’individu était encore capable d’assumer la tragédie et d’en être le sujet. » Félicien Lalauze

 

dimanche 3 décembre à 17h
Soirée conte africain avec Bakary Traoré, conteur burkinabé
entrée libre
en partenariat avec l’association Peuples Solidaires Action Aid Avignon

bakarytraore

 » Il était une fois dans une petite ville du Burkina, appelée Bobo-Dioulasso, un petit garçon nommé Bakary. Ce qu’il aimait par-dessus tout c’était écouter les contes de son beau pays, sur son petit transistor. Cela le faisait grandir et rêver. Alors il continuait chaque semaine de se remplir les oreilles de toutes ces belles histoires. Puis il rencontra de grands conteurs, d’horizons différents, qui lui apprirent à son tour à captiver les petits et les grands… Et un jour, réalisant son rêve d’enfant et bravant l’angoisse de la scène, il se lança en tant que comédien conteur, pour le plaisir de tous. C’est ainsi que je suis devenu Baronibaro, un conteur qui souhaite vous partager mes belles histoires d’ici et d’ailleurs. »

Cet événement s’inscrit dans le cadre du Festisol, qui aura lieu du 17 novembre au 3 décembre 2017.

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Les commentaires sont fermés