Expositions

Mer amèreMargaux Tartarotti
du mercredi 6 au vendredi 29 septembre 2017 – entrée libre

meramereMer amère est composée d’une suite de lavis à l’encre. Margaux Tartarotti cherche à obtenir des nuances ou des effets, parfois en se laissant guider par le hasard, d’autres fois en l’apprivoisant et en jouant avec. Il y a une trentaine de panneaux de petits formats carrés et de grands panneaux flottants.

Margaux Tartarotti est une artiste plasticienne française, née à Merano en Italie. Après des études classiques et artistiques à Vienne et Milan, des tranches de vie à New York, Toronto et Paris, elle vit et travaille à Avignon depuis 2002.

“Mer amère” se place dans le prolongement du thème “Cimetière marin”, que j’ai exposé sous différentes formes les années précédentes, et fait suite à l’exposition-installation réalisée à Toronto en début 2017 sous le nom “Marée noire”.

Je cherche ainsi à illustrer les conséquences de nos moments de négligences, qui se transforment parfois en folies collectives – pollution en tout genre, maltraitance de nos milieux naturels – avec une attention particulière pour les milieux marins.

J’observe le phénomène au gré de mes recherches, des plages du Costa Rica aux calanques de Marseille. Je m’informe aussi auprès des sources spécialisées.M.T.

Vernissage le vendredi 8 septembre à 19h

Dévernissage le samedi 23 septembre à 18 h
Parcours déambulatoire dans l’espace d’exposition et lecture de textes réalisés dans le cadre d’un atelier mené par Katy Feldman à la Médiathèque de Pernes-Les-Fontaines

 

L’intime intranquillePauline Le Pichon
du samedi 30 septembre au dimanche 22 octobre 2017
Photographies et citations extraites du Livre de l’intranquillité de Fernando Pessoa
23ème édition du Parcours de l’Art
lepichon

L’intime intranquille est une série réalisée entre mars 2013 et septembre 2014. Au travers de 500 autoportraits, Pauline Le Pichon interroge la façon dont nous nous comportons face aux autres. Outre ce questionnement, ce projet traite également du rapport entre réalité et fiction et de l’ambivalence entre la photographie prise sur le vif et la photographie mise en scène. Chaque image raconte une action du quotidien que la photographe a fait durant sa journée comme se maquiller, attendre le train, étudier, etc.

Grâce à ce processus de mise en scène, Pauline Le Pichon a pu fictionaliser son quotidien et dévoiler une intimité sélectionnée et faussée. Ce projet fait écho à l’œuvre de Fernando Pessoa intitulée Le livre de l’intranquillité puisque l’auteur s’est appuyé sur sa vie pour se créer un double. Dans le cas de Fernando Pessoa, comme dans celui de Pauline Le Pichon, le spectateur est amené à se demander quelle est la part de réalité dans cette fiction et inversement. »

Pauline Le Pichon est née en 1988 dans la métropole lilloise. Après des études effectuées à l’Ecole Supérieure d’Art et de Design de Valenciennes, elle a choisi de concentrer sa démarche artistique autour de la représentation du quotidien. Ces différents projets lui ont permis d’exposer dans de nombreux lieux et évènements artistiques tels que la Chataîgneraie – Centre Wallon d’Art Contemporain (2011), la galerie l’H du siège (2013), le festival Les Nuits Photographiques de Pierrevert (2016), le festival Parcours de l’Art et plus récemment à la Biennale d’Issy-Les-Moulineaux (2017).

Vernissage le samedi 30 septembre à 20h, en présence de l’artiste

 

Des livres Et Nous
du mercredi 8 novembre au samedi 16 décembre 2017
Livres-objets réalisés dans le cadre de l’atelier Peau d’âme au sein du Centre Hospitalier de Montfavet
Entrée libre

SONY DSC

L’atelier Peau d’âme est un atelier de psychothérapie à médiation créatrice du Centre Hospitalier de Montfavet. Il est co animé par 2 infirmières (Véronique et Anne) et une artiste plasticienne Sabrina Gruss qui accompagnent, soutiennent et encouragent un travail de création plastique en groupe.

Bricologie artistique, détournement d’objet et récupération constituent le fer de lance de notre pratique d’atelier.

Avec un « atelier » on peut créer
Avec un « livre» on peut poétiser la création plastique
Avec une « préface » on peut divaguer,
Avec un « bon présage » on peut s’échapper,
Avec un « labyrinthe » on peut se rebeller
Avec une « pierre » on peut ricocher
Avec un « bonbon » on peut en reprendre,
Avec le « glacial » on peut frissonner

Avec l’exposition « Des Livres Et Nous » vous pouvez rêver debout …

Vernissage le vendredi 17 novembre à 19h

Dévernissage le vendredi 15 décembre à 19h
Lectures de textes réalisés dans l’atelier d’écriture Papier de soi du Centre Hospitalier de Montfavet
Apéritif convivial à la suite de la lecture
Entrée libre

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Les commentaires sont fermés